10-day free trial Learn Photography Online with the Pros Save $10 Now #KTCJQ12

Comment fixer vos prix

C’est toujours une des premières questions qu’on se pose en commençant notre carrière. Quel prix dois-je charger pour une séance photo, un mariage, etc? C’est probablement aussi la question la plus difficile à répondre. On commence dans le domaine, le portfolio est vide, peu d’expérience, peu d’équipement, etc. On se compare à d’autres photographes et on regarde leurs prix. C’est aussi une chose dont on n’aime pas parler. La première fois qu’on charge un certain montant pour une séance photo, on se sent gêné, on ne sait pas trop quoi faire ou quoi dire…

Je peux tout de suite vous dire que je n’ai pas de réponse à cette question. Je ne peux pas vous dire combien vous devriez charger pour une séance photo. Il n’y a malheureusement pas non plus de recette miracle. J’oserais même dire que je suis loin d’être un expert dans le domaine. Pourquoi alors écrire un article? Pour tenter de vous aider à évaluer vos coûts et pour tenter de vous éviter une chute libre dangereuse. Cet article est long mais restez avec moi.

Dépenses

Une bonne façon de commencer est de dresser la liste des coûts directement reliés à la photographie.

L’appareil-photo

Évidemment, pour prendre des photos, ça prend un appareil-photo. C’est le premier poste de dépense. Le prix peut varier de 500$ pour un appareil réflex d’entrée de gamme à plusieurs milliers de dollars. Vous vous dites peut-être: oui, mais j’ai déjà mon appareil. Première erreur! Vous avez un appareil mais vous avez tout de même déjà fait une dépense pour cet appareil et je suis aussi désolé de vous apprendre qu’il ne vivra pas éternellement. Plus vous avez de contrats, plus vous prenez de photos, plus la durée de vie utile de votre appareil diminue. Il faut donc calculer un montant initial représentant la valeur de votre appareil (et de votre équipement en général) et se demander après combien de temps il faudra le changer.

Si vous faites du portrait ou de la photo de produits par exemple, un appareil-photo suffit pour commencer car en cas de bris, il est toujours possible de reporter la séance. Si vous faites des événements ponctuels importants, comme des mariages, il faut absolument avoir deux boîtiers. C’est ESSENTIEL et non discutable. Si un boîtier brise durant l’entrée de la mariée, vous passez sur l’autre appareil et continuez votre travail. Donc pour les photographes de mariage, vous devez prévoir le remplacement de deux appareils-photos. La façon dont beaucoup de gens fonctionnent, c’est le remplacement en alternance. Lorsque on change le boîtier principal, l’autre devient le backup et on vend le troisième.

Donc si un photographe prévoit une durée de vie de quatre ans de son appareil-photo, le photographe de mariage devra changer un appareil tous les deux ans. Un exemple: si on prends le coût d’un Canon 5D Mark III à 3500$, il faut alors prévoir un montant de 1750$ par année pour l’appareil-photo.

Les objectifs

C’est plus compliqué au niveau des objectifs surtout encore une fois pour les photographes de mariage. Si on prend soin d’un objectif, il peut nous durer toute une vie. C’est la raison pour laquelle c’est si important de bien choisir ses objectifs et de ne pas lésiner sur la qualité. Il vaut toujours mieux ne pas acheter d’objectif que d’en acheter un bas de gamme car le budget ne permet pas un objectif de qualité. C’est de l’argent jeté par les fenêtres. Ceci dit, ce n’est pas non plus nécessaire de dépenser 2500$ pour un objectif qui n’est pas essentiel au type de travail effectué. Par contre, dépenser 250$ pour un zoom bas de gamme avec ouverture variable et qualité optique médiocre, c’est jeter 250$ par la fenêtre au lieu d’économiser 6 mois de plus pour acheter un bon objectif plus performant.

Pour un photographe portraitiste, un bon 50mm f/1,4 (~400$) peut être le seul objectif dont vous aurez besoin. Un bon exemple est celui de Charlotte Abramow, une très jeune photographe belge au talent immense et qui n’utilise que son 5D Mark II et un 50mm f/1,4. Pour un photographe de mariage, c’est encore une fois différent. Il faut éviter d’être intrusif lors d’un mariage donc vous aurez besoin d’une bonne variété de focale mais avec de grandes ouvertures car les églises sont en général sombres. Une ouverture de f/2,8 est un minimum en mariage et c’est encore mieux à f/2 ou f/1,4. Le prix d’un 70-200mm f/2,8 est d’environ 1500$ pour la version non stabilisée. Il faut aussi prévoir des objectifs de remplacement pour les mariages au cas où un pépin arrive (comme avec les boîtiers). Je ne dis pas d’avoir tous les objectifs en double mais c’est bien d’avoir des focales proches ou équivalentes. Par exemple, un 24-70 f/2,8, un 35mm f/1,4 et un 50mm f/1,4.

En résumé, difficile de mettre un chiffre exact pour les objectifs mais on peut prévoir s’équiper graduellement et donc mettre un certain montant de côté pour l’achat d’objectifs. Comme les bons objectifs ne se donnent pas, je vous suggère fortement de prévoir 1500$ à 2000$ par année pour les cinq ou six premières années et ensuite, vous pourrez ré-évaluer. Vous verrez aussi avec l’expérience ce qui vous manque comme objectif quand vous travaillez. Si vous êtes photographe animalier ou sportif, c’est ici qu’il faut commencer à pleurer car les objectifs dont vous aurez besoin coûteront aussi cher que votre dépôt pour l’achat d’une maison.

Les sacs photos

Vous achetez de l’équipement? Il faudra changer votre sac photo à un moment donné car il sera rendu trop petit. Il y en a de tous les prix. Personnellement, j’achèterais trois sacs par an si je n’étais pas raisonnable. J’adore les sacs photos et j’en ai plusieurs selon ce que je fais. En mariage, c’est le gros sac à dos contenant à peu près tout mon équipement. En séance portrait, c’est souvent mon ONA Messenger Bag que j’adore. Pour les sorties en famille, je voyage léger avec un autre sac en bandoulière ou un petit sac à dos.

Les accessoires

Cartes mémoires, courroies, filtres (clear, polarisant, ND, etc.), pare-soleils, piles, articles pour nettoyer, ruban adhésif, etc. La liste est très longue. Certains accessoires durent longtemps, d’autres pas. Il faut prévoir une partie du budget annuel pour ces accessoires. Il y a aussi des accessoires spécifiques au type de photographie pratiqué. Je pense entre autre aux accessoires utilisés pour la photographie de nouveaux-nés.

Les flash

On peut les diviser en deux types de flash: studio et portable. Quand je parle de flash portable, je parle de ceux qu’on peut installer sur l’appareil-photo (mais que j’aime  mieux utiliser en mode déporté). Un bon flash d’appareil-photo se vend entre 250 et 650$. Pour les flash studio, le prix varie énormément. Il y a ensuite tous les accessoires: pieds, parapluie, softbox, système de déclenchement à distance, filtres, piles, etc. La durée de vie d’un flash est quand même bonne mais l’investissement initial est tout de même important.

Il y a maintenant également des sources de lumières continues qui pourront être utilisées autant pour la photo que pour la vidéo. Je pense notamment aux systèmes fluorescents Kino Flo et aux systèmes d’éclairage à DEL.

L’ordinateur

C’est une pièce maîtresse de l’équipement. Les logiciels de retouches demandent beaucoup de puissance et de mémoire. Les fichiers sont de plus en plus gros et lorsqu’on se met à travailler sur plusieurs layers dans Photoshop, on se retrouve très rapidement avec des fichiers de plus de 250Mo. S’il faut toujours attendre après l’ordinateur, on perd beaucoup de temps et le temps, c’est de l’argent. Les logiciels s’améliorent mais en demandent évidemment toujours plus à la machine. Il faut donc prévoir changer d’ordinateur à tous les deux ou trois ans. Le prix des logiciels de retouches a heureusement diminué ces dernières années. Lightroom, par exemple, est passé de 300$ à 150$ mais il faut prévoir 100$ aux 18-24 mois pour les mises à jour.

Le stockage des données

Je dis toujours qu’une photo n’existe pas tant que je n’en ai pas trois copies. On ne peut pas être trop prudent lorsqu’il s’agit des images de nos clients. J’ai toujours deux copies de mes photos sur des disques durs dans mon bureau et une autre copie dans un endroit secret à l’extérieur du bureau. Je n’efface jamais mes cartes mémoires avant d’avoir ces trois copies. Lorsque mes photos sont retouchées, j’en fais aussi une copie en ligne (j’utilise SmugMug Pro pour ça). Un disque dur n’est pas éternel non plus. Il y a aussi des systèmes de redondance automatisés comme les Drobo qui sont intéressants.

Le marketing

Cartes d’affaires, site web, blog, publicité, etc. Tout ça a un coût. Il faut prévoir refaire ses cartes d’affaires à tous les ans, au moins pour mettre de nouvelles photos sur la carte. L’hébergement du site web et du blog est une dépense annuelle aussi. Si vous n’êtes pas capable de mettre votre site à jour vous même, il faut prévoir un budget pour le faire mettre à jour régulièrement avec des photos récentes. Prévoyez aussi un montant pour le réseautage. Un petit café avec un photographe, un dîner avec un autre, un party de Noël, etc. C’est important de s’entourer d’un bon réseau qui pourra nous aider à avancer dans la profession.

Les services publics et le local

Le coût de location de votre studio si vous en avez un ou sinon, les frais d’aménagement d’une partie de votre maison. Le coût du téléphone, de l’électricité, du chauffage et de l’accès internet. Si vous prévoyez faire des sauvegardes en ligne ou remettre les photos à vos clients avec des services comme Dropbox, il faudra peut-être passer à un forfait internet plus élevé car toutes ces photos bouffent de la bande passante et vous dépasserez peut-être le quota imposé par votre fournisseur.

Les frais de déplacements

Avec la flambée du prix du pétrole, il ne faut surtout pas négliger les frais de déplacements et d’entretien du véhicule. Les déplacements pour un contrat peuvent être chargés directement au client mais n’oubliez pas les déplacements pour vos achats, pour la formation, pour le réseautage, etc.

Les frais de réparations

C’est bien de prévoir un montant dans le budget pour la réparation d’équipement. Plus on prend de photos, plus les risques de défectuosité du matériel augmentent. Il est donc sage de prévoir un certain montant à chaque année en réparations.

Les assurances

Vous investissez dans votre équipement alors c’est très important de l’assurer. Mais c’est aussi important de prendre une assurance responsabilité professionnelle. Celle-ci vous protégera si un client se blesse lors de votre contrat. Comme vous êtes travailleur autonome, il faut aussi penser à une assurance invalidité. Si vous tombez malade et que vous ne pouvez pas faire de photos pendant six mois, qui payera les comptes?

La formation

Que vous soyez débutant ou avancé, la formation continue est toujours importante dans le développement d’une carrière. Investissez en vous-même. Prenez le temps d’aller suivre des formations que ce soit directement en photo ou bien en marketing ou autre. Il y a aussi beaucoup de ressources pour la formation en ligne comme Creative Live et Kelby Training. C’est beaucoup plus un investissement qu’une dépense. Dans cette catégorie, j’entre également l’achat de livres.

Les frais de bureau

Le papier, les crayons, les factures, l’encre pour l’imprimante, les timbres, … Bref, tous les frais normaux pour faire rouler une petite entreprise. N’oubliez pas aussi les frais d’expédition si vous envoyez des DVD ou des photos par la poste à vos clients.

Les honoraires professionnels

Est-ce que vous faites faire vos impôts par un comptable? Est-ce que vous engagez un avocat pour rédiger votre contrat type pour les mariages?

Les cotisations professionnelles et les abonnements

Associations de photographes, chambre de commerce, club photo, etc. Il y a plein d’associations et de regroupements, autant locaux qu’à l’international. Certains pourraient vous intéresser.

Les taxes d’affaires et impôts

Si vous avez un bureau à votre domicile, la ville exigera le paiement d’une taxe d’affaires. Pour les impôts, n’oubliez surtout pas de les calculer et de mettre ce montant de côté sinon vous n’aimerez pas les mois d’avril.

Les sous-contractants

Est-ce que vous engagez un assistant pour vos séances? pour vos mariages? Donnez-vous la retouche de vos photos à une graphiste? La confection des albums?

Revenus

Le salaire désiré

Tout ce dont on vient de parler, ce n’est que des dépenses. Si vous ne faites qu’inclure ces éléments dans la détermination de vos tarifs, ça veut dire que vous faites du bénévolat. Vous travaillez pour absolument rien. J’entends déjà: Oui, mais j’aime ça la photographie. c’est mon expression artistique. Je veux bien le croire mais quand vous ferez 70h par semaine en ayant tout le temps faim et en ne prenant jamais de vacances, la réalité vous rattrapera à un moment ou à un autre. Calculez-vous un salaire. Je répète pour que ce soit clair: Calculez-vous un SALAIRE!!!

J’adore la photographie. Mais comme tout le monde, j’ai des comptes à payer, des enfants à nourrir et j’aime bien prendre des vacances. C’est donc capital, lors de la détermination des tarifs pour nos services, de tenir compte de ça. C’est le facteur le plus important pour la viabilité de votre petite entreprise. Sinon, dans un an, peut-être deux, vous craquerez et retournerez faire du 9 à 5 dans un emploi stable mais ennuyant.

Le plan de retraite

C’est bien beau tout ça mais est-ce que vous travaillerez en photographie jusqu’à 80 ans? L’assistante poussera votre chaise roulante en plus de transporter votre matériel photo? Comme vous êtes travailleur autonome, vous ne pouvez compter sur le plan de retraite offert par l’employeur. Il faut donc songer à mettre de l’argent de côté pour la retraite.

Résultat

Additionnez tous ces chiffres pour obtenir le revenu annuel dont vous avez besoin. Ce montant est le minimum que vous avez besoin pour passer l’année confortablement. Combien de vacances prévoyez-vous prendre par année? Disons deux semaines l’été et deux semaines dans le temps des Fêtes ou avec les enfants à la relâche. Il reste donc 48 semaines à travailler. Divisez votre montant total par 48 et ça vous donne ce que vous devez faire par semaine pour que votre entreprise continue de tourner. Combien de séances pensez-vous faire par semaine? N’oubliez pas que la séance photo, ce n’est qu’une partie du travail. Il y a les retouches, le site web, les relations avec les clients, le retour de courrier, etc. Si on disait cinq séances par semaine? Divisez le montant hebdomadaire par 5 et ça vous donne une idée du prix que vous devriez charger par séance.

Si vous faites des mariages et des séances photos, le calcul est un peu plus complexe. Vous devez d’abord vous demander l’importance que vous pensez donner aux mariages. Voulez-vous faire principalement des mariages et quelques séances photos ou l’inverse? Disons que vous voulez vous concentrer sur les mariages et que vous pensez tirer 75% de vos revenus des mariages. Vous calculez pouvoir faire 15 mariages par année. Prenez votre montant total annuel des salaires et dépenses, multipliez par 0,75 et divisez le résultat par 15. Ça vous donne le tarif moyen à charger pour vos mariages. Vous pouvez offrir différents forfaits mais basez-vous sur ce tarif moyen pour fixer le prix des différents forfaits.

En conclusion

C’est un processus ardu et plate, je sais, mais c’est très important de passer par là au moins une fois par année. Je ne suis pas parfait et je ne fonctionnais pas comme ça au début. D’année en année, je me rends compte que j’oublie des dépenses lors de mon calcul. Mais la première fois que j’ai fait cet exercice, ça m’a frappé de plein fouet. Je me suis rendu compte que je payais pour faire certains contrats. Ça peut passer à quelques reprises mais si on ne se réajuste pas, on se dirige droit dans un mur.

Prenez une demi-journée de votre temps et faites l’exercice. Ce ne sera pas une demi-journée perdue. Ce sera, je l’espère, une demi-journée d’éveil pour certains. Si vous aimez la photographie et voulez en faire votre profession, partez sur des assises solides et faites des réajustements souvent afin d’assurer l’avenir de votre petite entreprise.

 

2012/11/08 - 20:03

Yves Pinsonneault - Très intéressant …

2012/11/14 - 02:56

Le Roy Philippe - Excellent article et ô combien réaliste. Les fins d’années sont souvent propices à tirer les plans sur la comète pour la prochaine année. Cet article me permettra de fixer mes tarifs pour la nouvelle saison.

En France, peu de photographes dévoilent ce type d’informations qui me semblent pourtant essentielles pour éviter de se planter. A la vue de tous ces éléments, je me rends compte que j’ai la chance que la photographie soit pour moi un second métier.

Merci pour ce partage.
Philippe

2012/12/03 - 09:06

Karyne Gagné - C’est vraiment un excellent article qui, sans dire combien charger, le fait en donnant les indices de calculs.

Reste à ajouter à votre calcul la notoriété du photographe et son expérience. Je crois sincèrement qu’un photographe débutant ne peut pas charger le même prix qu’un photographe de 10 ans d’expériences.

Merci pour votre article très éclairant!

Karyne

2013/01/12 - 14:16

Sophie Asselin - Excellent article Eric. J’aime bien ta position : tu donne des conseils, de l’info et des réponses sans pour autant diriger les nouveaux photographes vers un standard de prix.

2013/05/15 - 21:06

Hani - Ah merci! Merci tellement pour cet article de feu!

2014/05/26 - 14:21

belle robe - J’ai lu, je vous remercie! ! !

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Remplir les zones obligatoires *

*

*

F a c e b o o k
T w i t t e r
T r a n s l a t i o n